QUI EST DIEU? Index du Forum

QUI EST DIEU?


 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

RENCONTRER LE CHRIST POUR RENCONTRER DIEU

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    QUI EST DIEU? Index du Forum -> ? -> C'EST TOI QUI ES LE SEUL VRAI DIEU
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
La Bible Parole de DIEU
La Bible Parole de DIEU

Hors ligne

Inscrit le: 24 Mar 2008
Messages: 164

MessagePosté le: Mar 3 Juin - 18:09 (2008)    Sujet du message: RENCONTRER LE CHRIST POUR RENCONTRER DIEU Répondre en citant

RENCONTRER LE CHRIST POUR RENCONTRER DIEU

Jean 6:35-47

Nous le tirons de l'évangile de Jean, le chapitre 6, les versets 35 à 47. Le sermon commence par ce cri: A mort! A mort! Ote, ote, crucifie-le! Crucifie-le! Cri venant de la foule surexcitée, aiguisée par les souverains sacrificateurs, demandant la tête de Jésus à Ponce Pilate, représentant de l'occupant romain, seul maître de vie et de mort. Mais en homme de loi avertit, Pilate ne pouvait satisfaire aux sentiments de la foule sans s'enquérir de la situation.
Quel est le crime commis par cette personne tant huée par la foule? Se demande Pilate.
Pilate l'interrogea en ces termes: Es-tu le roi des juifs? Jésus lui répondit: Tu le dis. Pilate dit aux principaux sacrificateurs et à la foule: je ne trouve rien de coupable en cet homme. Mais ils insistèrent, et dirent: il soulève le peuple, en enseignant par toute la Judée, depuis la Galilée, où il a commencé, jusqu'ici. (Luc 23:2ss)
Voilà, le vrai motif qui démonte la quiétude des souverains sacrificateurs c'est l'enseignement de Jésus. Les accusations politiques argumentant que Jésus poussait la foule à la révolte contre l'occupant romain n'étaient que prétextes. Le vrai mobile qui fait s'agiter les leaders religieux juifs se trouve être l'enseignement spirituel de Jésus.
Depuis toujours, depuis le temps de sa formation comme nation, au sortir de l'Egypte, aux pieds du mont Sinaï, Israël, peuple élu, peuple de la promesse est devenue peuple de Dieu. L'élection dont il a été l'objet en Abraham, a été confirmée en Moïse, par l'établissement d'une alliance qui désormais liait Dieu au peuple d'Israël. La loi donnée au Sinaï constitue le signe visible de cette alliance. Israël était le seul peuple de la terre à appartenir à Dieu. Et la loi était le sceau de cette appartenance. Israël était le seul peuple de la terre à connaître la volonté révélée de Dieu à travers les dix commandements qui seront plus tard expertisés en 613 lois. Et la loi de Moïse stipule: "Je suis (l'Eternel) YHWH ton Dieu, qui t'ai fait sortir du pays d'Egypte, de la maison de servitude. Tu n'auras pas d'autres dieux devant ma face." (Ex. 20:1-3)
La loi mosaïque préconisait une religion monothéiste stricte. En Israël il n'y avait pas de place pour l'adoration d'une autre créature en dehors du créateur. Toute la vie sociale, politique, et religieuse du peuple de Dieu était animée, dirigée, et orientée vers la loi de Moïse. La loi était le seul moyen par lequel le peuple pouvait connaître la volonté de Dieu et continuer la relation d'alliance dans laquelle il était entré avec Dieu. Les yeux du peuple étaient tellement fixés, non sur Dieu, mais sur sa loi, que finalement celle-ci était presque divinisée. Vers la fin de la période perse et grecque, le peuple exilé, se sentant abandonné de Dieu s'était accroché à la loi en vue de s'attirer la faveur divine. C'est à partir de cette période qu'en Israël on parle de l'alliance de la loi.
Avant, à l'époque de Moïse, Dieu avait établi une alliance avec le peuple, et lui avait donné la loi comme conséquence de sa relation spéciale avec lui. On parlait alors de la loi de l'alliance, et non l'alliance de la loi, parce que la loi n'était pas la condition de l'alliance, mais sa conséquence. En d'autres termes, ce n'était pas l'obéissance à la loi qui avait poussé Dieu à conclure une alliance avec Israël, mais plutôt le contraire. La conclusion de l'alliance entre Dieu et Israël ne résultait pas de l'obéissance du peuple, mais de l'élection gratuite d'Israël en Abraham. La loi découlant de l'alliance n'était qu'un moyen assurant la perpétuation de celle-ci.
Mais, quand après, suite à ses désobéissances répétées, et à son endurcissement, le peuple s'est vu rejeté par Dieu, et qu'il a été envoyé en exil à Babylone; ce dernier, pour s'attirer la faveur divine, et restaurer l'alliance rompue, s'est évertué à obéir à la loi d'une manière légaliste. L'obéissance stricte de la loi était devenue pour ces derniers, la condition pour la restauration de l'alliance. On parle alors de l'alliance de la loi. Il faut noter la différence entre la loi de l'alliance sous Moïse et l'alliance de la loi sous le judaïsme de l'après exil. De la conception de l'alliance comme fondation de la loi, on passe à la conception de la loi comme fondation de l'alliance. Ainsi, de la loi de l'alliance, on passe à l'alliance de la loi pendant la période post-exilique.
Jésus naît, grandit, et accomplit son ministère dans ce contexte religieux; un contexte dans lequel la loi est idéalisée, divinisée presque. La divinisation de la loi, ne pouvait que provoquer l'élévation de Moïse, l'intermédiaire utilisé par Dieu pour la donation de celle-ci. A l'époque de Jésus, les juifs se donnaient beaucoup de prestige en se proclamant disciples de Moïse (Jean 9:2Cool.
Voilà que l'enseignement de Jésus vient s'attaquer à la loi, l'objet de l'adoration juive. Jésus enseigne qu'il est plus que Moïse, qu'il est plus que la loi, qu'il est plus que le sabbat, qu'il est plus que les différents sacrifices, c'est-à-dire qu'il est plus que toutes les institutions sacrées juives. Finalement, il affirme qu'il est Fils de Dieu, se faisant ainsi, l'égal de Dieu. Comment un être humain, un pauvre paysan dont on connaît la famille peut-il s'arroger la nature divine? Mais Jésus ne s'arrête pas là, il enseigne qu'au lieu d'adorer Dieu seul, il faut l'adorer lui aussi. Contrairement aux ordonnances de la loi de Moïse qui stipulent: "Ecoute, Israël! L'Eternel, notre Dieu, l'Eternel est un; ... Tu n'auras pas d'autres dieux devant ma face" (Deutéronomes. 6:4; Ex. 20:3), Jésus enseigne qu'il faut que ceux qui le suivent le considère égal à Dieu. Il affirme: "Moi et le Père nous sommes un, ... celui qui m'a vu a vu le Père." (Jean 10:30; 14:9b). Il oblige tout le monde à croire en lui, et en lui seul pour avoir la vie éternelle et rencontrer le Père. Il dit: "En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi a la vie éternelle... Je suis le chemin, la vérité et la vie. Nul ne vient au Père que par moi. (Jean 14:1; 6:47; 14:6).
Jésus n'affirme pas être "un" des chemins qui mènent au Père, mais "le" seul chemin. Il exclu toute possibilité de communion avec le Père en dehors de sa personne. En insistant sur l'exclusivité de sa médiation, Jésus disqualifie toutes les religions du monde. Jésus rejette les prétentions salvatrices des religions universalistes, des mouvements et sectes à mystères, des ordres cosmiques divers qui remplissent les étalages de notre société actuelle. Toutes ces religions à haute audience, Jésus les exclu, en affirmant être le seul chemin, la seule vérité, la seule vie qui mène à Dieu.
On ne s'étonne pas alors, que lassés d'entendre, trois ans durant, des propos si blasphématoires pour leurs croyances, les juifs en arrivent à crier "A mort!".
Mais comment les juifs, si assidus à la lecture de la loi et des prophètes qui parlent du méssie à venir ne pouvaient-ils pas comprendre que Jésus était le Messie attendu (Voir Esaïe 50:4-11; 52:13-53:1-12)? Quel sorte de Messie attendaient-ils? Quel sorte de Messie préféraient-ils?
Confrontés à la domination romaine, l'espérance messianique juive s'était complètement orientée vers l'attente d'un libérateur politique. Ils avaient accentué les passages bibliques relatifs à la libération politique d'Israël, négligeant par-là les passages dans lesquels le Messie était décrit comme le libérateur spirituel qui devait mourir pour le péché de son peuple. Alors, les juifs de l'époque ne savaient que faire de Jésus, un Messie auto- proclamé qui était spécialiste, non pas dans la stratégie militaire pour libérer son pays du colonisateur romain, mais plutôt dans la stratégie exégétique à contredire l'interprétation traditionnelle de la loi de Moïse. Ils l'ont tué, en utilisant les mains de Ponce Pilate.
Le même risque de glissement spirituel est réel pour nous aussi aujourd'hui. Nous qui sommes confrontés aux diverses forces du mal, nous pouvons facilement porter des lunettes politiques, économiques ou sociales et ne voir dans la Bible que la démocratie, le développement, et la justice sociale qui s'y trouvent certes, mais oublier l'essentiel, à savoir le salut en Jésus-Christ. La religion de Jésus, la religion du Nouveau Testament, est basée, non sur des doctrines, des idéologies à bien mémoriser et défendre à coup d'arguments logiques, mais sur la rencontre personnelle et existentielle avec la personne de Christ. Ce qui compte pour Dieu ce n'est pas tout ce que nous connaissons sur lui, ou tout ce que nous faisons pour lui. Ce qui compte pour Dieu c'est notre décision pour ou contre son envoyé, contre le Christ. Seul ceux qui ont rencontré le Christ peuvent affirmer appartenir à Dieu.
Fréquenter l'église est une habitude louable; prier souvent est à encourager; chanter à la chorale, présider aux réunions de l'église, pourvoir aux besoins de nécessiteux sont des activités religieuses fortement recommandables. Elles ne produisent malheureusement aucun fruit spirituel quand elles sont faites sans Jésus-Christ.
C'est dans la rencontre de Christ, dans la rencontre avec sa personne, non seulement avec ses idées que se trouve le salut. C'est dans la rencontre de Christ que se trouve la vie spirituelle efficace et puissante. C'est dans la rencontre de Christ que se trouve la source d'une obéissance joyeuse et d'une bonne vie morale. Mais que signifie rencontrer le Christ? Rencontrer le Christ c'est se convertir, c'est reconnaître son état de pécheur. Rencontrer le Christ c'est lui abandonner la direction de notre vie, et croire que son pardon nous assure la paix avec Dieu. Enfin, rencontrer le Christ, c'est rencontrer Dieu.
 
Que le Seigneur bénisse sa parole !


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 3 Juin - 18:09 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    QUI EST DIEU? Index du Forum -> ? -> C'EST TOI QUI ES LE SEUL VRAI DIEU Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com